Posts Tagged ‘ADN’

Nothing has changed, rien n’a changé. En dépit du passage à la nouvelle année, rien n’a changé : Electrik Punk Books continue sur sa lancée et travaille d’arrache-pied pour proposer de nouveaux romans et d’autres nouvelles pour 2015 !

Nothing has changed, c’est aussi le titre du dernier album de David Bowie, commémorant ainsi l’anniversaire de son premier single. Cinquante ans ! Cinquante ans, c’est pas une paille. Issu de la génération qui a pratiquement inventé le rock, il ne reste plus grand monde et je suis persuadé que ce genre d’album anniversaire va devenir rarissime. Il suffit de regarder les années 90 ou 2000 et de vérifier quels sont les noms dont on entend encore parler…

J’adore la jaquette, au passage.

Peu importe, là n’est pas la question.

Donc, David Bowie a sorti une nouvelle compilation ! Remplie de classiques majoritairement made in 70’s, Nothing has changed est l’occasion parfaite pour les nouvelles générations de découvrir la musique du génie qui a littéralement changé la face du rock avec son avatar Ziggy Stardust. C’est également l’occasion d’écouter l’évolution de son style au travers de cinq décennies, les façons dont il a choisi de se redéfinir et redéfinir sa musique pour toujours la pousser vers l’avant. Au rayon des petites déception, d’après ce que j’ai pu voir de la track list du vinyle, les chansons ne sont pas rangées en ordre chronologique, ce qui peut nuire à cette fameuse compréhension de l’évolution du style. Sans surprise également, la version vinyle est également bien rachitique par rapport à la version CD… Bon, personnellement, je m’en fiche, je ne fais pas les compilations…

Pourquoi est-ce que j’en parle alors de cet album, si je ne vais pas l’acheter personnellement ?

Parce que pour ceux qui ne sont pas familiers de David Bowie, cet album me semble un excellent point de départ pour s’y mettre. Et pour ceux qui connaissent déjà par cœur les Let’s Dance, Ziggy Stardust, Golden years… et ne veulent pas d’une nouvelle compilation qui n’apporte qu’un seul inédit, il existe une autre façon d’écouter un album best-of de David Bowie : Sol Sunburst ! En effet, mon roman est un hommage aux années Glam du rock et s’inspire librement des textes de David Bowie de 1969 à 1974 (Space Oddity, Moonage Daydream, Lady Stardust… pour ne citer qu’eux) et de son avatar de l’époque Ziggy Stardust. Il s’agit donc d’une nouvelle façon de redécouvrir des chansons bien connus dans un contexte d’écologique anticipatif sombre.

solsunburst-lowcopy

2169. Guerres, dérèglements climatiques et extinctions animales en série vont bientôt avoir raison d’une Terre qui se meurt, consumée par l’avidité et la négligence de l’Homme. Ultime solution pour sauver une espèce qui disparaît, introduire son génome à celui de l’homme et créer ainsi un animoïde : un être mi-homme mi-animal. Alors que le reste du monde semble déjà tourné vers la colonisation de Mars emmenée par le Major Tom, un groupe éco-terroriste animoïde – les Diamond Dogs – tente de sauver la planète de sa destruction prochaine. Sol Sunburst est un rocker dont les chansons prophétiques et son charisme font rapidement de lui un véritable Messie pour la nouvelle humanité. Il prédit l’apocalypse dans cinq ans. Trop peu pour Angela, la dernière recrue des Diamond Dogs qui s’est jurée de changer ce monde condamné…

Sol Sunburst est disponible uniquement sur Amazon et Kobo, pour un prix tout petit et soutient le WWF. Et si vous demandez si vous devez dépenser vos étrennes dans cet achat, voici une liste de 10 points pour vous convaincre !

Advertisements

Après la troisième guerre mondiale, le monde fut laissé consumé et les pays divisés. La faune et la flore retrouvèrent des terres dévastées et inhospitalières et les espèces survivantes ne pouvaient plus survivre dans l’environnement qu’elles connaissaient. Pour prendre une analogie avec notre monde actuel, c’est comme si l’ours polaire n’avait plus du tout de banquise (ce qui n’est pas loin d’arriver, cela dit en passant).

Comme ils ne survivraient sur cette Terre post-WWIII même si on les clonait, des scientifiques essayèrent de fusionner les gènes d’animaux en voie de disparition avec l’ADN humain. C’était la seule façon de sauvegarder leur génome de leur disparition complète, en attendant de trouver un nouvel environnement pour permettre le clonage animal. Les espoirs se tournent désormais vers la conquête spatiale et une nouvelle Terre.

Après plusieurs années d’expérimentations, d’échecs et du public, le premier animoïde naquit et vécu presque comme un être humain. C’était en 2031. Mi-humain mi-gorille, cet animoïde – ironiquement nommé Kong – ne fut rien de plus qu’un rat de laboratoire pendant 32 ans. D’autres expérimentations, d’autres espèces animoïdes furent créées dans les années qui suivirent. La génétique expérimentale perfectionna tellement la fusion des gènes que l’Homo Animalis devient l’équivalent intellectuel de l’Homo Sapiens et qu’ils purent s’insérer dans la société.

En 2099, le gouvernement des Royaumes-Unis fut le premier à reconnaître les animoïdes comme citoyens à part entières et à leur donner – contre l’avis de l’opinion public – les mêmes droits civiques que les humains. La plupart des autres pays firent de même peu après. En 2120, soutenu par un programme de fertilité, les animoïdes représentaient 30% de la population mondiale.

Un animoïde bénéficie des gènes d’animal qu’il possède, augmentant par exemple sa masse musculaire ou l’acuité de ses sens. Ils peuvent se reproduire avec des humains pur jus ou des animoïdes, même d’espèces différentes, pour avoir des enfants humains ou animoïdes.

Jusque récemment, seuls les mammifères terrestres pouvaient être ainsi sauvés après le extinction. Une avancée scientifique en 2173 permit de créer le premier animoïde cétacé. Les chercheurs continue de se pencher sur le cas des insectes…

Pour en savoir plus sur mon roman Sol Sunburst, consultez cette page !

Une représentation possible d’un animoïde (oui, c’est Ajani de Magic The Gathering, mais vous saisissez l’idée)

Ceci aurait pu être un animoïde durant les stades d’expérimentations scientifiques. Cette forme n’existe plus. 

Cette chose n’est PAS un animoïde !