Posts Tagged ‘Livre’

Qu’il est dur de faire de l’introspection après un essai raté, trouver les bonnes réponses aux bonnes questions, le tout avec suffisamment d’honnêteté dans sa démarche… Depuis que j’ai réalisé que Teenage Riot ne se financerait pas sur Ulule, deux choses ont accaparé mon esprit :

  1. Pourquoi n’ai je pas réussi à financer Teenage Riot ? Mon post-mortem à ce sujet est déjà en ligne
  2. Et surtout, je fais quoi après ?

Parce que les conséquences d’un tel échec sont nombreuses et force la remise en question. Certes on pourra invoquer la sacro-sainte J.K. Rowling avec ses nombreux échecs avant de finir millionnaire avec son petit sorcier, mais à partir d’un moment il faut se poser et analyser la situation avec recul.

La question immédiate avec Teenage Riot, c’est de savoir ce que j’en fais. Le financement participatif était un moyen d’aller chercher directement le public concerné, de faire un DIY (Do It Yourself, “fais-le toi-même”) complet sur la publication d’un livre papier. J’avais proposé ce livre à des éditeurs jeunesse classiques, bien évidemment. Il a essuyé son quota de refus, ne collant visiblement dans aucune ligne éditoriale. L’un des rares retours constructifs que j’ai pu recevoir était :

“votre manuscrit présente des qualités précieuses : une justesse dans les scènes entre les adolescents, des dialogues réalistes qui fonctionnent vraiment bien. Mais nous sommes en recherche de fictions plus intenses, de récits plus explosifs”

Je m’étais donc dit que j’avais tout de même écrit un livre intéressant et le reflet d’une réalité adolescente “normale”. Suffisamment pour intéresser des gens. Mais si un manuscrit n’arrive pas convaincre des éditeurs dont c’est le métier de trouver de bons livres, comment convaincre des lecteurs exigeants seul ? Aussi, n’était-ce pas là un signe qu’il faille laisser tomber ce livre (modulo le fameux facteur J.K. Rowling) ?

Donc, pour être honnête, je ne sais pas ce que je vais faire de Teenage Riot Il ne trouve pas sa place dans des lignes éditoriales classiques, il n’arrive pas à se financer, je n’ai pas les moyens de l’imprimer seul et ma position d’expatrié en Norvège rend sa promotion en festivals ou librairies pour le moins compliquée… Reste la dernière option, une que j’ai déjà explorée, le livre numérique.

Faisons donc un point sur Sol Sunburst (4.99€), Dolmen (0.99€), Atomic Girl et Moi (0.99€), Le Tabouret (gratuit) et La Zone (gratuit). Tous sont disponibles sur Kobo et Amazon. Pour être brutalement honnête, en 3 ans, j’ai écoulé en tout et pour tout (et officiellement, s’il y a des copies pirates qui circulent, je ne suis pas au courant) :

  • Sol Sunburst – 42 exemplaires
  • Dolmen – 50 exemplaires
  • Atomic Girl et Moi – 4 exemplaires
  • Le Tabouret – 2985 exemplaires
  • La Zone – 2242 exemplaires

Sur un plan purement financier, je perds de l’argent rien qu’en comptant le nom de domaine de ce site à payer chaque année. Tout ce qui est payant est un flop retentissant ! A ma décharge, j’ai assez peu communiqué depuis la sortie de mes livres… Après, on pourrait se réjouir du fait que Le Tabouret et La Zone sont techniquement des “best-sellers”. Ironique, n’est-ce pas ?

En suivant le même schéma de vente, Teenage Riot en livre numérique reviendrait probablement à un flop similaire. A moins de le proposer gratuitement, évidemment.

Au final, à l’échec récent du financement participatif, s’ajoutent les échecs latents des livres ou nouvelles que j’ai proposés contre pièces sonnantes et trébuchantes. En d’autres termes, le porte-monnaie en prend un coup, de même que l’ego.

Et finalement, le fond du problème est là. Pas seulement mon problème, mais le problème de tous ceux qui écrivent et en vivent ou veulent en vivre. Un auteur est aujourd’hui “drivé” par :

  1. L’argent
  2. Son ego

Moi, comme les autres.

L’argent, on court après parce que ça fait vivre, tout simplement. Et en tant qu’écrivain à 100%, cette question de l’argent est au centre de votre vie, avec derrière le spectre de la productivité pour fournir suffisamment, suffisamment rapidement pour continuer à recevoir de l’argent. Le plaisir s’en voit obligatoirement affecté, à moins d’accepter de produire pour produire (c’est le cas des scénaristes qui travaillent sur commande, non sur leurs projets personnels)(voir aussi une partie de cet article intéressant, sur la production de commande automatique). La spirale est infernale, et même dans d’autres médias (notamment certains youtubeurs avec un certain succès).

Le “problème” de l’argent, c’est aussi qu’il dichotomise aussi la production littéraire. Il y a le livre que vous achetez en librairie et le livre que vous récupérez gratuitement : que ce soit de la fan-fiction ou des gens qui proposent leurs écrits gratuitement, par exemple sur WattPad. Dans l’esprit des gens, le livre édité est de qualité, l’autre non (ce qui englobe aussi les livres auto-édités). J’en profite pour citer une anecdote qui m’est arrivée lors de mon passage au Festival des Scénaristes de Valence alors que je discutais de Sol Sunburst avec un producteur cinéma :

Votre personnage est intéressant, typé, pas commun. Votre univers aussi. Maintenant, dommage que ce ne soit pas édité chez Grasset ou un autre éditeur…

Sous entendu, chez un éditeur classique, j’aurais eu le poids nécessaire pour appuyer l’adaptation de mon livre en long-métrage… Ou tout du moins, commencer les négociations avec un minimum de sérieux.

En ce qui concerne l’ego, il est gonflé par les chiffres de ventes. Pas le chèque, mais bien le chiffre : combien de personnes ont lu mon livre ? Suis-je (re-)connu ? Et là, tout ceux qui écrivent cherche le chiffre maximum. Tous. Essentiellement parce que votre qualité d’écrivain se juge au nombre de personnes qui vous lisent (et accessoirement, disent du bien de vous). Ne mentez pas. On est dans une société qui valorise l’obsession de la notoriété : combien de vues sur youtube/snapshat/mon blog ? Combien de likes ? Combien ? Combien ? On finit par s’apprécier à la mesure dont les autres nous apprécient…

Moi, comme les autres.

En d’autres termes, ça m’ennuie de 1. ne pas gagner de l’argent avec mes livres et de 2. ne pas être lu tout court.

Bien sûr, comme tout auteur avec un tas de manuscrits dans un tiroir, je rêve d’en avoir un accepté par une grande maison d’édition : je toucherais de l’argent (pas autant qu’Emmanuel Macron pour son livre “Révolutions” – sans commentaire) et j’aurais un minimum d’exposition pour les histoires que j’ai envie de partager.

Après, à l’exception de ces derniers mois de chômage technique, j’ai un travail de Game et Narrative Designer que j’aime et qui m’éloigne des considérations purement pécuniaires. J’ai l’occasion de raconter des histoires grâce à se métier, pas spécialement les miennes et avec un maximum de contraintes plus ou moins moisies, mais c’est le jeu de tous les scénaristes comme je disais plus haut.

Mais pour Teenage Riot, j’étais dans la peau de l’auteur sans emploi dont le salaire dépend de la réussite de sa campagne. J’étais donc dans le stress et l’angoisse de ne pas voir mon pourcentage monter, parce que même si je ne me serais dégagé qu’une marge mineure, c’était de l’argent pour tenir un demi-mois de plus en attendant que mon entreprise actuelle décroche un nouveau contrat pour me verser à nouveau un salaire. Et c’est pas sain comme situation, celle d’être dans l’angoisse de savoir comment vont se passer les prochaines semaines sur la base de vos seuls écrits.

Vivre à temps plein de l’écriture est utopique. Elle le sera pour 99.9% de tous ceux qui ont un jour fini un roman. J.K. Rowling, Marc Levy et compagnie, c’est une exception heureuse. Et rappelez-vous que la majeure partie de leurs revenus provient de leur vente à l’étranger et de leurs droits d’auteurs sur les adaptations de films !

Bref, tout ça pour dire que j’ai fait la paix avec moi-même sur mon ambition de vivre 100% de l’écriture. Ca n’arrivera pas. Ou alors, je serais vieux, j’aurais connu un vrai best-seller, une adaptation à Hollywood…

Mais ça ne répond pas à mes doutes existentiels bien présents : et maintenant, je fais quoi ? Et je fais comment ?

Au final, cela revient à se poser deux questions :

  • Pourquoi j’écris ?
  • Pour qui j’écris ?

Si j’écris pour être édité chez un éditeur classique, j’écris à vide. Les romans s’empilent à mesure que s’empilent les refus et ils ne sont jamais lus sinon par un comité de lecture. Certes, certains manuscrits ne méritent probablement pas d’être lus.

Certains de mes manuscrits, comme Teenage Riot, n’ont pas d’autres prétentions que celle de divertir. Et, ça ne les rend pas mauvais pour autant, juste pas à la hauteur d’une prise de risque financière comparée à la traduction d’un best-seller américain par exemple.

Il convient de mentionner qu’il est extrêmement épuisant d’accumuler et de retravailler des manuscrits. A partir d’un moment, vous avez juste envie d’être lu, même juste bêta-lu pour avoir un retour autre que l’impersonnelle lettre-type de refus.

Si j’écris pour être lu sans me soucier de l’argent, je pourrais tout aussi bien proposer mes romans gratuitement. Cela m’expose à tous les préjugés. “Le mec est auto-édité et il le fait gratuitement. Ca doit être bien nul ce qu’il fait !” Cela ne revient-il pas aussi à un suicide de sa carrière d’écrivain et de son envie de se voir un jour édité en papier par Bragelonne et consorts ?

Proposer ces livres gratuitement me pose également un cas de conscience : un artiste (dessinateur, scénariste, etc.) est vraiment payé une misère quand on l’embauche. La loi de la concurrence et les employeurs peu scrupuleux cassent les prix tout le temps à base de “à prendre ou à laisser” et peu peuvent se permettre de laisser, car 200 ou 500 euros, ça peut aider à finir le mois. Du coup, proposer son travail gratuitement n’est-il pas nuire à la cause d’artistes qui se battent pour avoir des acquis sociaux respectables ?

Pourtant, les faits sont là : sur deux nouvelles d’approximativement même longueur, sur des thèmes similaires (romance, science-fiction), celles à 0.99€ se vend à 4 exemplaires (ou bien, elles s’achètent, se lisent et se remboursent dans la minute), celles gratuites se téléchargent à presque 3000 !

 

Il apparait clair que je n’ai pas les clés ni le bagou pour harceler les gens dans des campagnes marketing de proximité pour essayer de présenter mes livres numériques (et puis les auteurs auto-édités se heurtent à tous les barrières possibles pour se faire connaître : “je ne lis pas d’auto-édités” “je ne lis que sur papier” etc.).

Le moyen le plus pratique pour se faire lire immédiatement reste le gratuit. Et comme je disais, j’ai du mal avec cette idée pour le moment. Ma démarche serait “politique”, pourquoi pas. Si je le faisais aujourd’hui, ce serait pour les mauvaises raisons, dont valoriser l’ego à coups d’étoiles sur Amazon.

Bloqué dans ma réflexion de la même façon que ma campagne Ulule était bloquée à 22%, j’ai donc décidé d’arrêter de tergiverser et d’aller de l’avant. J’ai donc commencé l’écriture d’un nouveau roman, pour “late teens”. Il finira donc dans un autre tiroir après une nouvelle salve de refus. Mais c’est pas comme si j’avais beaucoup de choix, après tout.

Certaines personnes m’ont fait état du manque d’informations autour de la procédure pour contribuer à Teenage Riot sur Ulule ; je me fais donc fort de détailler la procédure pour ceux qui ne sauraient pas comment faire.

Etape 1 : Se rendre sur la page du projet http://fr.ulule.com/teenage-riot/. Prenez le temps de lire les tenants et les aboutissants du projet, sa présentation explique ce que vous êtes en droit d’attendre si la campagne atteint son objectif.

Etape 2 : Sélectionner une contrepartie dans la liste à droite de l’écran. Une pop-up apparaît pour confirmer, confirmez avec le bouton vert en bas de celle-ci. La liste des contreparties est vaste, adaptable à tous les porte-monnaie.

Bon, là, c’est en monnaie du grand Nord, mais ce sera des Euros pour la plupart d’entre vous

Etape 3 : Le site vous emmène sur la page d’inscription/connexion si vous n’avez pas de compte. Si vous avez un compte, ce tutoriel ne vous concerne pas, mais c’est gentil de le lire. Entrez donc un identifiant de votre choix, une adresse mail valide, ainsi qu’un mot de passe. Cochez la case des conditions générales et cliquez sur le bouton s’inscrire. Notez qu’il est aussi possible de s’inscrire avec Facebook, mais je n’ai jamais fait.

Etape 4 : Ulule vous demande vos premières informations d’identité pour leur prestataire financier. Rien d’exceptionnel.

Etape 5 : Ceci fait, vous arrivez sur cette page, qui vous invite à choisir un mode de paiement, il y en a qu’un : la carte bleue. Cliquez donc ce moyen, puis sur le gros bouton vert en bas pour confirmer.

Etape 6 : Nouvelle page, où l’on vous demande le numéro de votre carte, sa date d’expiration, son cryptogramme visuel (les trois derniers chiffres au dos de la carte). Quand tout est rempli, le bouton en bas devient vert et il suffit de cliquer pour valider.

Etape 7 : C’est tout ! Vous venez de participer au financement de Teenage Riot et je vous remercie personnellement avec un petit mail. Par la suite, on vous demandera vos coordonnées postales, n’oubliez pas les remplir.

Etape 8 : Parlez du projet :). Réseaux sociaux, amis, famille, machine à café… Diffuser le projet largement est une des clés de son futur succès !

C’est demain ! Je dirais même plus, c’est demain à 19h19 !

6 MARS 2017 – 19h19

Teengage Riot - Illus. Présentation

Début de la campagne ULULE

C’est donc maintenant que je vous conseille de mettre une alarme sur l’appareil portable de votre choix pour être certain d’être parmi les premiers contributeurs (6 mars, 19h19). Si vous vous demandez encore quelques types de contreparties seront disponibles, elles sont toutes listées ici. Vous constaterez qu’il y en a en quantité limitée, donc si vous voulez récupérer Teenage Riot à tarif réduit, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

C’est aussi maintenant que vous pouvez “bookmarker” la page de la campagne :

>>> http://fr.ulule.com/teenage-riot/ <<<

Elle ne sera disponible qu’à partir de demain. 19h19.

J’ai fait tout ce que je pouvais pour vous proposer une campagne intéressante, maintenant, la balle est dans votre camp pour qu’elle devienne un succès ! 🙂 Et quand je dis maintenant, c’est demain 6 mars 19h19.

On est chaud-chaud-chaud bouillant ! Demain, 19h19 !

Edit: La campagne Ulule ici >>>> http://fr.ulule.com/teenage-riot/

On est à J-3 du départ de la campagne Ulule pour Teenage Riot !

L’occasion de présenter en images les différentes contreparties dans lesquelles vous pourrez investir. Comme vous le pouvez le constater, il y en a pour toutes les bourses, depuis “simplement le livre” jusqu’à “le livre +un max de goodies + ma participation dans le roman”. Attention, c’est souvent du “premier arrivé, premier servi”. Vous êtes prévenus.

Teenage Riot - Contreparties

Alors ? Qui veut quoi ?

Pour ceux qui ne sont pas au courant, Ulule fonctionne sur le principe du tout ou rien, donc si mon objectif financier initial n’est pas atteint, vous êtes automatiquement remboursés ! Mais bon, pas de raison, il est cool mon projet, non ?

La pression monte ! Plus que 3 jours !

Edit: La campagne Ulule ici >>>> http://fr.ulule.com/teenage-riot/

Pour ceux qui ne seraient pas forcément au fait du fonctionnement d’une campagne de financement participatif, voici les grandes lignes :

  • Moi, porteur de projet, je définis un objectif financier réaliste, une somme à atteindre qui couvre les coûts de fabrication et d’envoi de choses que j’ai envie de partager. Dans le cas qui nous intéresse, un Light Novel à la française et des goodies qui vont bien avec (par exemple, un marque-page).
  • Vous, contributeurs, choisissez des contreparties parmi celles qui vous intéresseraient. Depuis le minimum (1 livre) jusqu’à l’investissement de luxe (des tas de goodies), il y en aura pour tout les budgets.
  • Si l’ensemble des contreparties achetées par les contributeurs atteignent mon objectif financier, le projet est validé et lancé en production de mon côté, puisque je récupère les sous en fin de campagne. En d’autres termes, vous préachetez mon livre ; ce qui me permet de le partager sans avancer l’argent tout seul. Si mon objectif financier n’est pas atteint, votre compte n’est pas débité, j’aurais simplement un échec à ajouter à ma liste. Rien de plus, rien de moins.

Pour Teenage Riot, mon objectif financier de base est de 3333 €. Cela couvrira l’impression des livres, la production des goodies et leur envoi (plus la commission Ulule, bien évidemment).

Je ne vous cache pas qu’à 3333 €, je ne pourrais proposer que le livre de base de chez minimum syndical. MAIS, et c’est là où ça devient intéressant, SI on (= vous + moi + nos amis + les amis de nos amis + un tas d’inconnus) arrive à se mobiliser pour réunir suffisamment de contributeurs, l’objectif sera largement dépassé et tout le monde sera gagnant. En effet, passés 3333 €, j’ai prévu plusieurs autres paliers qui, s’ils sont débloqués, permettront d’ajoutés PLEIN de bonus.

J’ai prévu deux sortes de paliers : ceux qui améliorent le livre (LIVRE) et ceux qui proposent des goodies supplémentaires (TOMBOLA). Les paliers LIVRE permettront d’améliorer la qualité du livre : papier, vernis sélectif, ajout de dessins, de photos, etc. Les paliers TOMBOLA débloqueront des goodies (cartes postales, porte-clés, etc.) en quantité limitée qui seront distribués après tirages au sort parmi les contributeurs. Une contrepartie ‘Ticket de Tombola” sera ajoutée pour augmenter les chances des contributeurs d’être tirés au sort. Parce qu’on a tous vendu des tickets de tombola à l’école, ça me semble rigolo de proposer ce genre de chose :).

Plus le budget grimpera, plus les paliers proposeront des bonus intéressants, jusqu’à atteindre des trucs vraiment cool.

paliers03333

tombola04000

On est plus qu’à quelques jours du début de la campagne, les choses sérieuses commencent vraiment ! Si vous voulez découvrir le début du livre, le premier chapitre est disponible !

Edit: La campagne Ulule ici >>>> http://fr.ulule.com/teenage-riot/

Je répète depuis le début de la présentation de Teenage Riot sur ce blog que la campagne débuterait en Mars, sans donner plus de précisions. Aujourd’hui, il est temps de révéler les dates !

La campagne de financement participatif sur Ulule aura lieu du 6 MARS 2017 19h19 au 6 AVRIL 2017 23h23 ! Soit 32 jours, une durée nettement plus courte que ce qui se fait d’habitude pour un livre (on est plutôt sur des moyennes de 45 jours). Plusieurs raisons à ce choix :

  • Je travaille à cette campagne depuis un moment, donc la faire durée en longueur me déplaît sur le principe.
  • Le rythme de vie d’un financement participatif est en U : beaucoup d’argent au départ, peu au milieu, beaucoup à la fin. J’ai voulu raccourcir le temps de creux.
  • Ça fait un moment que je surveille les projets littéraire sur Ulule et je vois la façon dont ces derniers décollent ou non. La fameuse courbe en U susnommée. S’il n’a pas un départ sur un haut de courbe (en impliquant notamment les amis dès le départ), il est fort probable que la campagne s’approche de l’encéphalogramme plat. J’ai préparé ma campagne en amont, de façon à avoir des démarches quotidiennes pour continuer de ramener du monde, mais sans un départ canon, ça va être nettement plus dur. Une campagne courte me permettra d’être réactif et dynamique chaque jour !

J’en profite pour dévoiler un autre dessin que j’ai fait pour cette campagne (je rappelle à tout hasard que Teenage Riot sera un Light Novel).

elke01-copie

Il est temps de régler vos alarmes pour être présents dès le début, et peut-être récupérer les rares exemplaires proposés avec une réduction ! En attendant, vous pouvez toujours allez lire le premier chapitre du livre.

Demain, l’article sera sur l’autre blog pour l’habituelle review mensuelle de films. Jeudi, on détaillera ensemble les objectifs, notamment financiers de la campagne Teenage Riot.

Edit: La campagne Ulule ici >>>> http://fr.ulule.com/teenage-riot/

Comme vous le savez, Teenage Riot est un Light Novel à la française qui va tenter l’expérience du financement participatif sur Ulule d’ici quelques jours. Mais en amont du jour J, il y a une énorme préparation. En fait, je travaille à cette campagne depuis le passage à la nouvelle année, à 100%, quasiment tous les jours. On se dit que balancer un livre sur Ulule, ça ne doit pas être si compliqué. En soi, c’est vrai. En pratique, il y une masse de travail assez gigantesque si on veut faire les choses à peu près bien. Après, peut-être que mon côté perfectionniste à tendance pinailleur dépasse largement les bornes du raisonnable ; mais je pense que si des gens passent sur la page de la campagne plus ou moins par hasard, ils sentiront mon investissement et que ça rassura et qu ça facilitera l’acte d’achat…

Pour créer cette campagne, il n’y avait pas qu’un livre à écrire mais aussi :

  • Harceler des entreprises pour demander des devis
  • Faire des tableaux excel, plusieurs fois
  • Faire des dessins pour montrer à quoi ressemblera le livre, grâce au premier chapitre en lecture libre (qui sera dévoilé lundi, au fait)
  • Faire des dessins pour habiller la page Ulule
  • Ecrire des textes de présentation, y compris ces articles de blog
  • Ecrire des mails

Bref, je savais que ce serait du taf, mais je ne pensais pas que ça déborderait à ce point sur mon quota horaire dédié aux jeux vidéo. Mais je suis content de l’avoir fait, et de l’avoir fait comme je l’entendais (après tout l’auto-édition n’est-elle pas avant tout une histoire de liberté ?). J’espère que le livre, les contreparties et la campagne en général vous plaira ! J’en profite pour vous teaser un premier aperçu de la campagne effective, telle que vous pourrez la découvrir sur le site Ulule.

Interface Ulule

Comme toujours, restez branchés par ici pour vous tenir informés de l’avancée des opérations !

Edit: La campagne Ulule ici >>>> http://fr.ulule.com/teenage-riot/

Et bien le moins que l’on puisse dire, c’est que ce site commençait à sérieusement prendre la poussière ! Je pourrais facilement me dédouaner de ce manque de nouvelles en présentant plusieurs facteurs :

  1. Déménager dans un nouveau pays prend du temps
  2. S’installer en prend encore plus
  3. Ecrire des livres avec un boulot à côté est un processus de longue haleine
  4. Mais c’est rien comparé au temps pour les réécrire

Donc, l’activité Electrik Punk Books a été réduite au minimum syndical pendant un long moment.

L’inactivité apparente fut également mise à profit pour réfléchir à la suite des opérations et tirer des bilans des expériences numériques Sol Sunburst, La Zone, Le Tabouret, Dolmen et Atomic Girl et Moi. Des erreurs ont été commises, des enseignements tirés et il a fallu faire le tri dans les projets pour leur donner du sens.

Après mûres réflexions, j’ai pris la décision de tenter une nouvelle aventure éditoriale avec une approche différente, plus personnelle, plus “chouette” oserai-je même dire.

Résultat de recherche d'images pour "ulule"

Je travaille en effet depuis le début de l’année à mettre en place une campagne pour un de mes livres sur la plate-forme de financement participatif Ulule. Il me reste encore beaucoup de choses à finaliser mais le plus gros de la préparation est fait.

L’aventure Ululesque est prévue pour démarrer en Mars 2017. Restez branchés ici les prochaines semaines pour avoir plus d’informations sur la campagne et ses enjeux !